Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comme dans tous les métiers, il y a, parmi les enseignants-chercheurs en informatique 80% des gens qui font très bien leur travail, et 20% de personnes à qui l'on peut reprocher plein de choses. Et évidemment, il serait bon de recenser ces 20% pour mettre les choses au point. Et c'est le but d'un processus d'évaluation que de faire ce travail. Malheureusement, le processus d'évaluation actuel ne répond pas du tout à ce problème, et ce pour plusieurs raisons :

  1. Il ne prend pas les bonnes données en compte. Quelques exemples :
    • L'évaluation, actuellement, ne repose que sur des activités liées à la recherche. Ainsi, tout l'aspect enseignement notamment est purement et simplement ignoré.
    • Seule une partie des activités de recherche est évaluée. Le développement d'un logiciel dans le cadre de ses activités de recherche, par exemple, n'est pas pris en compte. La rédaction de réponses à des appels à projet non plus (on ne prend en compte que les projets obtenus, trop rares pour être significatifs)
  2. Il ne fait pas le bon distingo
    • Au lieu de pointer du doigt les 20% de "mauvais", le procesus d'évaluation actuel distingue les 20 d' "excellents", et met dans le même panier tous les autres, c'est-à-dire 60% représentant les simples "bons" enseignants-chercheurs et les 20% "mauvais". Il s'agit donc d'un processus d'évaluation complètement démotivant puisque 60% des enseignants-chercheurs se voient à tort assimilé à de mauvais enseignants-chercheurs.

Commenter cet article